mercredi 13 juillet 2016

Bien lire les étiquettes : Les conservateurs

 

Nous allons parler des conservateurs! Un mot qui fait peur.

Ils sont, hélas, nécessaires dans beaucoup de produits. Lesquelles d'entre nous conserve ses produits de beauté au réfrigérateur ? Une crème de soin est en fait une sorte de mayonnaise !
Auriez vous l'idée de conserver votre mayonnaise dans un placard ? surtout dans une pièce chaude et humide (salle de bain)?

D'où l'utilité des conservateurs. Mais tous ne sont pas sains.
Nous allons apprendre à décrypter les étiquettes !

Un conservateur inhibe le développement des micro-organismes dans les produits cosmétiques.

Pour pouvoir être utilisé dans un produit cosmétique en Europe, un conservateur doit figurer sur la liste positive contenue dans l'Annexe V du Règlement N° 1223/2009, qui est entré complètement en vigueur en lieu et place de l'ancienne Directive le 11 juillet 2013.

Les conservateurs sont des substances d'origine naturelle ou synthétique qui permettent à un produit de soin de se conserver dans le temps sans s'oxyder ou être altéré par des germes.

Ils sont essentiels à toute formulation de produits cosmétiques pour plusieurs raisons :

•ils évitent que le produit se mette à dégager une odeur désagréable, qu'il prenne une couleur ou un aspect troubles ;

•ils évitent également que les substances actives du produits perdent leur efficacité ;

•et enfin, et c'est le point le plus important, ils évitent que l’altération du produit n'entraîne des allergies et des réactions cutanées diverses.



Il existe 2 types de conservateurs : les antimicrobiens et les antioxydants.


1. Conservateurs antimicrobiens dans les cosmétiques
Les conservateurs antimicrobiens empêchent la prolifération des germes dans la phase aqueuse du produit. Mais ils sont également choisis parce qu'ils n'endommagent pas la flore cutanée (normalement).

a. Conservateurs antimicrobiens synthétiques 
•les parabens ;
•le phénoxyéthanol ;
•le triclosan ;
•le cetrimonium bromide ;
•le méthylisothiazolinone.

b. Conservateurs antimicrobiens naturels
•l'acide benzoïque ;
•l'acide sorbique ;
•l'acide salicylique
•l'alcool issu de la fermentation du blé.


2. Conservateurs antioxydants dans les cosmétiques
Les conservateurs antioxydants ont pour rôle d'éviter l'oxydation des phases huileuses présentes dans le produit, ainsi que la formation de radicaux libres.

a. Conservateurs antioxydants synthétiques
•les buthyl hydroxytoluène (BHT) ;
•les buthyl hydroxyanisole (BHA).

b. Conservateurs antioxydants naturels
•la vitamine E ;
•la vitamine C ;
•les polyphénols (présents dans le bois, les fruits à noyau, la carotte, etc...) ;
•les flavonoïdes (présents dans de nombreux végétaux).




Un petit tableau pour résumer :

les noms INCI des conservateurs et leur codes (alimentaire).
Pour le code couleur :
Vert : Oui
Orange : Oui à très faibles doses
Rouge : Non
Pas de couleur : pas de données
Si le code et l'INCI sont de couleurs différentes (exemple "acetic acid" : le code vert = Oui en alimentation, l'INCI neutre = pas de données en cosmétique)
Si il n'y a pas de code alimentaire : ce conservateur n'est pas (ou pas encore) utilisé en alimentaire.


Code
Nom INCI
  5-bromo-5-nitro-1,3 dioxane
  5-chloro-2-(2,4-dichlorophénoxy) phénol = triclosan
E260 acetic acid
E315 erythorbique acid
E391 phytique acid
E264 ammonium acetate
E220 anhydride sulfureux


E300
ascorbic acid = vitamine C
E303 ascorbyle diacétate
E304 ascorbyle palmitate, Acide palmityle-6-L-ascorbique
E305 ascorbyle stéarate
E230 bibiphényle (diphényle)
E210

benzoïc acid = acide benzoique
  benzyl alcohol = alcool benzylique
E284 boric acid
  bromo-2 nitro-2 propanediol-1,3 = Bronopol™
E320 buthylhydroxyanisol (BHA)
E321 buthylhydroxytoluène (BHT)
  butyl paraben (ester de l'acide parahydroxybenzoïque)
E319 butylhydroquinone tertiaire = BHQT
E263 calcium acetate
E302 calcium ascorbate, vitamine C
E213 calcium benzoate
E238 calcium formiate
E318 calcium isoascorbate
E282 calcium propionate
E203 calcium sorbate
E226 calcium sulfite
E227 calcium sulfite acid, bisulfite de calcium
E290 carbone dioxyde , anhydride carbonique
  cetrimonium bromide
  chlorhexidine
  chlorhexidine digluconate
  chlorphenesin
  citric extractives = extrait de pépins de pamplemousse 
  climbazole
E265 dehydroacetic acid = acide dehydroacétique
  diazolidinyl urea
E242 Dicarbonate de diméthyle
E220 dioxyde de soufre, oxyde sulfureux, anhydride sulfureux, oxyde de soufre
E225 disulfite de calcium, pyrosulfite de calcium, ou métasulfite
E224 disulfite de potassium, pyrosulfite / métabisulfite de potassium
E223 disulfite de sodium, métabisulfite de sodium
  DMDM hydantoin
E312 dodécyle gallate, ester N-dodécylique
E243 ethyl lauroyl arginate HCl 
E313 éthyle gallate
  éthylène diamine tétra-acétique = acide éthylène diamine tétraacétique (EDTA)
E214 éthylparabène = 4-Hydroxybenzoate d'éthyle (ester de l'acide parahydroxybenzoïque)
E240 formaldehyde
E236 formic acid
E297 fumaric acid
E241 gaïac gum =  Résine de gaïac
E239 hexaméthylènetétramine
  imidazolidinyl urea
  iodopropynyl butylcarbamate
  isobutyl paraben (ester de l'acide parahydroxybenzoïque)
E270 lactic acid
E344 lécithine citrate
  Leuconostoc/Radish Root Ferment Filtrate = Leucidal : fermentations de radis par des bactéries Leuconostoc Kimchii
E1105 Lysozyme
E296 malic acid (DL- ou L-)
  methenamine
  methyldibromo glutaronitrile
  methylisothiazolinone = MIT ou Kathon CG
E218 méthylparabène = 4-Hydroxybenzoate de méthyle
E235 Natamycine (pimaricine)
E234 Nisine
E311 octyle gallate
E231 orthophénylphénol, 2-hydroxybiphényle
E209 parahydroxybenzoate d'hepthyle
  phenoxyethanol
  Plantaserv Q = Naticide
  polyquaternium 10
E261 potassium acétates (Diacétate de potassium)
E212 potassium benzoate
E317 potassium isoascorbate
E252 potassium nitrate
E249 potassium nitrite
E283 potassium propionate
  potassium salicylate
E202 potassium sorbate = sorbate de potassium
E228 potassium sulfite acid, bisulfite de potassium
E310 propyle gallate
E216 propylparabène = 4-Hydroxybenzoate de propyle (ester de l'acide parahydroxybenzoïque)
  quarternium-15
  quaternium 18
  Rosmarinus officinalis extract
  salicylic acid = Salix Nigra (Willow) Bark extract (Extrait d'écorce de Saule noir)
E262 sodium acetate
E301 sodium ascorbate , vitamine C
E211 sodium benzoate= benzoate de sodium
E222 sodium bisulfite (sulfite acide de sodium)
E266 sodium déhydroacétate
E316 sodium erythorbate
E215 sodium ethylparaben
E237 sodium formate
E219 sodium methylparaben
E251 sodium nitrate
E250 sodium nitrite
E232 sodium orthophénylphénate, sodium diphényl 2 yl
E281 sodium propionate
E217 sodium propylparaben
E201 sodium sorbate
E221 sodium sulfite
E285 sodium tétraborate  (borax)
E200 sorbic acid = acide sorbique
E233 thiabendazole ou 2-(4-thiazolyl)benzimidazole
E307 tocopherols (mixed), helianthus annuus seed oil = vitamine E tournesol
E306 tocophérols extracts, vitamine E
  zinc pyrithione
  zinc salicylate



En cas de doute sur un constituant, vous pouvez lancer une recherche ICI.
Ce moteur de recherche vous permet de vous informer sur un composant cosmétique particulier ou de déterminer le profil complet d'un produit (en saisissant les constituants les un après les autres).
Chaque constituant est évalué par des émoticônes. C'est super simple.





Quels sont les risques des conservateurs dans les cosmétiques ?

1. Conservateurs synthétiques

Plusieurs études ont été menées sur les animaux ou sur les hommes mettant en évidence plusieurs caractéristiques plus ou moins inquiétantes des conservateurs de synthèse :

•Les conservateurs synthétiques les plus connus sont les parabens. Ils ont beaucoup fait parler d'eux ces derniers temps après que des études aient établi leur potentiel cancérigène ainsi que leur rôle de perturbateurs endocriniens ;

•Le cetrimonium bromide peut entraîner des allergies et des irritations cutanées.

•Le triclosan est également un perturbateur endocrinien influant sur la thyroïde.

•Le méthylisothiazolinone est connu pour irriter fortement la peau ; de nombreux cas d'eczéma ont été rapportés après l'utilisation de produits qui contiennent ce conservateur.

•Le phénoxyéthanol est un irritant cutané. Il serait également une substance cancérigène qui aurait également des effets nocifs sur le système hormonal masculin.

•Le BHA serait toxique pour la peau, le foie et les reins. Il serait également un perturbateur hormonal et un allergène puissant.

•Le BHT favoriserait le cancer du poumon, altèrerait le taux de cholestérol, et entraînerait une baisse des défenses immunitaires.



2. Conservateurs naturels

•l'alcool, bien que naturel, peut s'avérer asséchant pour la peau ;

•les différents acides utilisés, ainsi que les huiles essentielles ou autres conservateurs naturels peuvent s'avérer irritants pour la peau et provoquer des allergies.




La date de péremption

La date de péremption indique la date jusqu’à laquelle le produit peut être utilisé après ouverture sans dommage pour le consommateur. On parle aussi de PAO, pour Péremption Après Ouverture.

Bon à savoir : la date de péremption est notée « à consommer de préférence avant le » ou encore « exp ».

Si les produits cosmétiques sont conservés au sec et à température fraiche, on peut estimer leur durée d’utilisation une fois ouvert :

• jusqu’à 3 ans pour les produits à base d’alcool, comme les parfums, les laques ou les vernis, et pour les poudres, comme les blushs ou les fards à paupières ;

•environ 1 an pour les produits solides, comme les rouges à lèvres, et pour les huiles solaires ;

3 à 6 mois pour les produits à texture aqueuse, comme les laits hydratants ou encore les fonds de teints liquides.

Préférer le plus souvent possible les packaging protecteurs comme les flacons pompes.
Ne laisser jamais de pot ou flacon ouvert sous la douche.
Prélever votre crème de soin en pot avec une spatule propre et non pas directement avec les doigts


À noter : il n’est pas obligatoire de noter la date de péremption sur les produits dont la durée de vie est inférieure à 30 mois.

Le problème, c’est qu’on ne souvient pas forcément de la date à laquelle on ouvre les produits cosmétiques… En fonction de leur qualité, la durée d‘utilisation peut être plus longue que celle indiquée.

Alors pour repérer si un produit est périmé, il est possible de se fier aux indications suivantes :

•l’odeur a changé ;
•la couleur est modifiée (les parfums deviennent plus foncés) ;
•la texture change (les poudres s’effritent, les vernis à ongle deviennent pâteux ou collants) ;
•le produit a été exposé à une température trop forte ou bien trop basse.

Les produits aqueux (crèmes, laits) sont les plus à surveiller. Les produits à base d’alcool et les produits solides sont moins susceptibles d’être contaminés.

 
N'hésitez pas à laisser des commentaires.

 Emma






Aucun commentaire: